20200210_AGP6

recueil de différents textes et réaction sur la loi sur la liste agp6

Vous l'avez sans doute déjà reçue, l'analyse que RogueESR propose du projet de loi LPPR dans sa version de janvier (elle a fuité dans Newstank au début de la semaine dernière) : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8644

"Le statut des personnels des universités et de la recherche est au cœur de la loi. […] La LPPR vise en priorité une modification profonde des métiers, des missions, des catégories et des statuts des personnels."

 

Justement, il y a pléthore, dans la presse, de tribunes sur la LPPR : la LPPR et les femmes, le parallèle entre l'université et l'hôpital, l'excellence des 1% (ce 10 février Le Monde publie un dossier de textes "contradictoires", incluant C. Musselin et F. Vidal, et un article de Camille Stromboni): http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8622

Pour la tribune des membres de SLU, on peut la lire in extenso ici : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8645. Et pour lire l'ensemble des quatre tribunes récupérées sur Europress, voir le document joint.

En résumé, la destruction néolibérale de l'Université publique en 10 citations par Contretemps : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8643

 

Avant de partir, Mme Vidal succombe donc elle aussi à la "folie de la tribune de l'ESR sur la #LPPR", comme écrit joliment Sound of Science pour marquer ce 10 février : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8641 (nos analyses seraient donc des fake)

Sans doute victimes des fakes, deux présidents d'université (Toulouse 2, Paris 3) ont pris une position publique contre la LPPR la semaine dernière : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8632

 

Motions et prises de position continuent à pleuvoir, notamment au CNU (http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8623) et au sujet de l'HCERES (la 19e section s'engage à ne pas envoyer de collègues dans les comités de visite : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8628).

 

Il y a enfin le front "Réforme de la formation des enseignants" que Blanquer a failli éteindre en faisant mine de suspendre la réforme. Oui, mais, en réalité, il laisse aux départements et INSPE la décision d'appliquer celle-ci ou non à la rentrée 2020. Qui tirera le premier donc? http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8642

Au passage, soulignons qu'il y a un point commun important entre cette réforme et ce qu'annonce la LPPR – le fait de réserver le statut de fonctionnaire statutaire à un petit nombre, la contractualisation au plus grand nombre.

 

Bon début de semaine à toutes et à tous,