Compte-rendu réunion d'information sur le coronavirus 4 mars 2020

Compte-rendu d'une réunion d'information sur le coronavirus organisée mercredi dernier par Sorbonne Université à l'attention des responsables d'unités et agents de prévention des laboratoires et services de l'université.

Bonjour tout le monde,

Veuillez trouver ci-dessous un petit compte-rendu d'une réunion d'information sur le coronavirus organisée mercredi dernier par Sorbonne Université à l'attention des responsables d'unités et agents de prévention des laboratoires et services de l'université.

La réunion était animée par le doyen de la faculté de médecine et les 3 chefs des services les plus impliqués:
 - le chef des urgences, le Pr P. Hausfater
 - le chef du service d'immunologie, le Pr E. Caumes
 - le chef du service bactériologie et hygiène hospitalière, le Pr J. Robert

La réunion a été filmée et est en ligne ici (je trouve que ça vaut le coup de la regarder, 45 minutes d'exposés et 30 minutes de questions):
 
https://www.youtube.com/watch?v=nWRKNKnt0ig&feature=youtu.be

Compte-rendu:


  Le Pr Caumes, chef du service d’immunologie, nous a d'abord fait un état des lieux de la connaissance du coronavirus (virologie, épidémiologie, ...). Ces connaissances sont en constante évolution. Il existe 200 coronavirus (CoV) connus différents identifiés chez l'animal, 4 CoV dits 'humanisés' connus depuis 200 ans (se manifestent sous forme de rhumes, pneumopathies, ...) et 3CoV émergents:
  - le SARS, qui a émergé en 2003, 8000 cas, 10% mortalité et qui a disparu depuis
  - le MeRSCoV, 2012, 900 cas, 35% mortalité, qui fait des poussées dans la péninsule arabique
  - le SARS COV-2, ou COVID19 qui nous intéresse aujourd'hui.

  Le COVID19, viendrait d'un virus présent chez la chauve-souris (96% d'identité génétique), serait passé par un autre animal avant de passer chez l'homme. Il serait apparenté au SARS de 2003 (80% d'dentité génétique).
  Il a un taux moyen de reproduction de 2,2 à 2,68 (c'est-à-dire qu'une personne contaminée infecte en moyenne 2.5 autres personnes). Il est hautement transmissible surtout en milieu clos. On n'a aucune idée du nombre de contaminés asymptomatiques (sans symptôme) par manque de 'cohorte'. La seule cohorte actuelle est le bateau de croisière Diamond Princess et ils attendent les publications, a priori 1/3 des contaminés seraient asymptomatiques.
  Point de vue évolution de la maladie, on constate une aggravation clinique, 8 à 9 jours après l'apparition des 1ers symptômes. La recommandation du professeur: rester zen.

  Le Pr. Hausfater, chef des urgences nous a fait un petit topo sur la prise en charge: en sachant que pour le MersCOV de 2012, un seul malade avait contaminé 80 personnes parce qu'il était resté 2 jours aux urgences, il est important que les éventuels contaminés ne se retrouvent pas 'lâchés' aux urgences. C'est pourquoi il faut contacter le 15 en cas de symptômes.
  La France a eu le temps de se préparer et aujourd'hui, l'idée est que chaque établissement de santé mette en place un accueil spécifique, hors urgences et service de maladies infectieuses, pour dépister les éventuels malades. Celui de la Pitié devrait être prêt aujourd'hui ou demain. L'idée est que dans cet accueil, on trie les malades:
         - pas de CoV, on renvoie aux urgences normales https://www.youtube.com/watch?v=nWRKNKnt0ig&feature=youtu.be
         - COV, on envoie à l'isolement à l'hôpital
         - pas de symptôme mais soupçon, on prélève et on renvoie en isolement à la maison le temps d'avoir les résultats.
  Montée en charge des possibilités d'analyser les prélèvements, 10 labos sur l'Ile de France peuvent les faire maintenant (seuls Bichat et La Pitié le pouvaient auparavant). Le professeur souligne que les recommandations vont très certainement évoluer.

  Le Pr. Robert, chef du service bactériologie et hygiène hospitalière nous a enfin fait un topo sur les précautions et mesures préventives d'hygiène. Ici encore, ça peut évoluer.
  Comme le virus est un cousin de la grippe, il faut appliquer les mêmes mesures d'hygiène. Il faut faire attention aussi car, a priori, on est contagieux quelques jours avant et après l'apparition et la disparition des signes cliniques.
  Les modes de transmission principaux, ce sont la transmission directe de gouttelettes de sécrétions respiratoires ou le contact avec des mains souillées par ces sécrétions. Il y aurait soupçon de transmission par les selles aussi.
On applique donc les précautions de base (qu'il faudrait toujours suivre de toutes façons):
  - on tousse/éternue dans un masque, un mouchoir, son coude
  - on ne se serre plus la main en guise de salut (et pas de bise non plus)
  - on se lave les mains le plus souvent possible et a fortiori après avoir toussé/éternué (selon des études faites, le simple fait de se laver souvent les mains réduirait le risque d'attraper une infection respiratoire de 2). Eau et savon font aussi bien l'affaire que les solutions hydroalcoliques?
  On évite d'être contaminé: on se déplace à 1m, 1,5m d'une personne qui tousse.
  Et on évite de contaminer les autres en portant un masque si on est contaminé. En revanche porter un masque si on n'est pas contaminé ne sert à rien.
  A priori, le virus ne se transmet pas par voie aérienne, c'est vraiment le contact avec des sécrétions qui transmet. On essaye donc aussi d'éviter de se toucher le visage, la bouche, les yeux.

  S'en est suivi une série de questions:
  - Doit-on avoir peur du coronavirus? Non, la grippe c'est 10 à 15000 morts par an et on ne se vaccine pas obligatoirement contre la grippe. Ils ont précisé que sur les 4 décès attribués au coronavirus en France, 1 n'était pas lié et un autre concernait une personne de 93 ans qui, malheureusement, aurait certainement décédé avec une 'simple' grippe. L'état de santé initial de la personne compte pour beaucoup dans l'évolution du malade.
  - Guérison? on est malade environ 7 jours mais on peut rester contagieux quelques jours de plus.
Ils nous ont précisé aussi à ce moment là, que les enfants peuvent être atteints et très contagieux mais sans gravité. En fait, comme pour la grippe saisonnière, les enfants seraient un vecteur important d'infection.
  - Est-ce-qu'il faut isoler les personnels habitant l'Oise ou à côté ou revenant d'un pays à risque: non, à ce stade, une personne ne montrant aucun symptôme est sans doute moins infectieuse que la barre du métro à laquelle on s'accroche. Un contact d'un contact qui aurait vu un chinois ou un italien n'a pas à être "ostracisé". L'Oise est particulièrement touchée car c'est une base arrière de l'aéroport Charles de Gaulle qui voit passer beaucoup de touristes chinois qui ont pu se déplacer sans savoir qu'ils étaient contaminés. Le professeur Caumes s'attendait d'ailleurs à ce que le premier foyer français se trouve autour des châteaux de la Loire ou des Galeries Lafayette à Paris...

En conclusion, réunion informative, on doit rester zen, les différentes recommandations vont certainement évoluer, mais il faut bien insister sur les gestes simples de prévention: on tousse dans un mouchoir, son coude, on se lave les mains (eau et savon marchent très bien, pas besoin de solution hydroalcolique), on porte un masque si on est contaminé.